Rechercher
  • Marie-Aude P.

So long, Leonard

La première fois que j'ai rencontré Leonard, j'étais une petite fille. Ce n'était d'ailleurs pas tout à fait lui et je n'étais peut-être pas si petite, mais le souvenir est ancien, il est flou et incertain.


"Suzanne t'emmène écouter les sirènes

Elle te prend par la main

Pour passer une nuit sans fin

Tu sais qu'elle est à moitié folle

C'est pourquoi tu veux rester

Sur un plateau d'argent

Elle te sert du thé au jasmin

Et quand tu voudrais lui dire

Tu n'as pas d'amour pour elle

Elle t'appelle dans ses ondes

Et laisse la mer répondre

Que depuis toujours tu l'aimes..."


Graeme Allwright chante, maman fredonne aussi. Les paroles ne font pas beaucoup de sens mais c'est doux, presqu'une berceuse. Il y a une mélancolie incroyable qui se dégage de cet air.


Plus tard, adolescente, j'écoute Hallelujah, chantée par Jeff Buckley, sans savoir qu'encore une fois c'est Leonard qui se cache derrière. Cette fois je suis touchée par ses mots à lui. Je ne connais pas encore la voix si particulière de Leonard, et celle de Jeff est à mille lieux de là, éthérée, sublimée par les accords délicats déposés sur la guitare électrique. J'ai beaucoup écouté cette chanson et encore aujourd'hui quand je l'entends, j'ai la gorge serrée. Les mots font sens maintenant, ils sont précis et perçants.



2002, j'ai 20 ans, je suis amoureuse. Et puisqu'il faut rendre à César, rendons à Loïc ce qui lui est dû. C'est grâce à lui que je rencontre enfin Leonard, entre autres, et je lui suis reconnaissante de ce magnifique cadeau. La voix simplement grave de ses débuts, celle sépulcrale des derniers albums. Leonard était un poète et romancier avant de devenir chanteur, un peu par accident, pour payer les factures. Mais il n'y a pas d'accident, c'est une évidence.


Leonard Cohen est décédé le 7 novembre 2016. Jusqu'à la fin, il a gardé sa maison de Montréal, rue Vallières. Je n'y suis pas allée, je ne sais pas si j'irai. Mais je garde avec moi sa voix, son sourire charmeur et ses yeux malicieux...

___________________________________________________________________________________________



Depuis novembre 2017 et jusqu'au 9 avril 2018, le Musée d'Art Contemporain de Montréal rend hommage à Leonard Cohen, le montréalais le plus connu au monde et le plus chéri sans doute, dans une très belle exposition avec beaucoup d'images d'archives, de texte et de photos. J'y ai passé 3h, je passe rarement autant de temps dans un musée, j'y serais sans doute restée plus longtemps si le sol avait été plus confortable.... On pourrait y passer la journée.


"There's a crack in everything, that's how the light gets in"

Leonard Cohen

0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now