Rechercher
  • Marie-Aude P.

Quand l'aube arrive

Voilà plusieurs semaines que la nuit s'étend sur moi. Questionnements et ressassements perpétuels enrobés d'une extrême tristesse, nuit doublée d'un brouillard épais. Mais enfin je distingue l'aube arriver. Après le deuil vient l'acceptation.


Depuis mon retour, je me suis prélassée dans le cocon familial, le seul où je me suis sentie un peu à ma place. Le soutien inconditionnel de ma famille et de quelques amis proches m'a permis de traverser, même si péniblement, cette période noire. Je ne nommerai pas ces personnes ici, elles se reconnaîtront, mais je tiens à leur dire un grand merci, je leur serai éternellement reconnaissante de leur solicitude.


L'aube se lève sur la Gaspésie, un jour d'août 2018

Je commence à entrevoir le bout du chemin mais je sais bien que la route sera encore longue. Certains événements m'ont fait perdre du temps, voire même repartir en arrière. La route vers l'apaisement est loin d'être droite ! Mais je me sens enfin prête à envisager un après. Lors de ma dernière rupture, j'avais moins eu le temps de réfléchir, je travaillais à temps plein et croyez-moi, quand on s'occupe de touristes en goguette, le cerveau est déjà réquisitionné à 100%. Cette fois, j'ai eu la "malchance" d'avoir absolument tout mon temps de cerveau disponible monopolisé sur une seule chose : broyer du noir. Il m'était alors presque impossible de me concentrer sur quoi que ce soit d'autre. Ma méthode de survie a donc été de rester seule le moins possible, d'écouter beaucoup de musique et de lire beaucoup de livres, quitte à relire inlassablement les mêmes phrases dans les moments d'inattention les plus intenses. j'ai aussi beaucoup pleuré. Vous rappelez-vous cette scène du Fabuleux Destin d'Amélie Poulain où l'héroïne, après une grosse déception, se transforme en flaque d'eau sur le sol carrelé du café Les 2 Moulins ? C'est à peu près l'état dans lequel j'étais ces dernières semaines, un corps liquide et donc informe.


Mais enfin ça y est, je reprends le dessus ! Je commence à faire des projets. J'ai bien tenté de trouver du boulot en revenant, mais quand on travaille dans le tourisme, arriver en Bretagne et chercher un poste quand la saison est déjà très entamée, ce n'est pas l'idéal, mes recherches n'ont donc pour l'instant rien donné. Je vous écris, aussi, ce que je n'avais pas fait pendant à peu près toute cette période de "marde". Je sais qu'il y aura des rechutes, je ne me fais pas d'illusions, mais je tiens le bon bout, mes amis !


Alors je vous laisse, pleine d'optimisme sur ma guérison. Je ne vous laisse pas en mauvaise compagnie, les deux chansons qui suivent sont de celles qui me font sourire et me sentir plus légère, j'espère que vous les apprécierez. Bisous !





0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now