Rechercher
  • Marie-Aude P.

Nice work, if you can get it

Trouver du travail en arrivant au Canada, c'est un peu les montagnes russes, d'un point de vue émotionnel. Et moi je suis quelqu'un de très émotionnel.


Avant d'arriver ici, j'ai fait comme tout le monde, je me suis renseignée sur le marché du travail. J'ai lu beaucoup de choses très optimistes : le pays cherche à embaucher, et surtout à faire immigrer à long terme, des francophones ; c'est facile de trouver un travail, même dans une autre branche que la sienne ; on ne te met pas dans une case, au Canada... Alors je me suis dit que tout était possible, qu'il suffisait d'essayer, peut-être. J'ai eu mille et une idée sur ce que j'allais pouvoir faire : travailler dans un chenil dans le Grand Nord et organiser des sorties en traîneau à chiens ; Devenir assistante de production sur des tournages de séries TV à Vancouver ; Etre chargée d'accueil sur un Festival de Cinéma à Halifax...


J'étais attirée par les quatre coins du Canada, je voulais être partout sauf au Québec, je voulais vivre en anglais toute la journée (que les Québécois me pardonnent ! Ce n'est pas contre eux, bien au contraire). La plupart des Pvtistes s'installent au Québec, voire même carrément à Montréal, je m'imaginais donc partout sauf ici, et pourtant m'y voilà. Je vais même poser mes valises dans un nouvel appartement la semaine prochaine, j'y suis donc pour quelques temps, dans la grande ville.


Pour en revenir à mon sujet de départ, je me suis donc mise à chercher du travail tout de suite. D'abord sur la largeur du pays, puis quand j'ai compris que je resterai à Montréal, j'ai concentré mes efforts sur... la largeur de l'île, à peine ! J'ai eu des contacts, j'ai refait mon CV plusieurs fois, j'ai eu quelques entretiens, par téléphone et physiquement. Et puis plus rien. Au final, que des retours négatifs. Je commence à douter de moi. Les entretiens n'ont jamais été mon point fort mais ça ne m'a jamais empêchée d'être embauchée.


Allez, Marie ! Ne te décourage pas si vite, tu n'es là que depuis 3 petites semaines, finalement ! Décrocher trois entretiens en si peu de temps, c'est déjà énorme ! C'était donc vrai, ce que je lisais, ça peut aller vite, ici ! Toute cette énergie donnée va forcément finir par se transformer en du concret, il suffit de persévérer et d'être un peu patiente.


Heureusement, au-delà d'être émotive, je suis aussi patiente.



0 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now